Pétanque Loiret
L'information de la pétanque au quotidien

L'équation compliquée de Clermont-Ferrand


Tenants du titre, les Puydômois vont défendre leur bien sans Philippe Suchaud, sélectionné pour les championnats du monde et Jean-Michel Puccinelli, parti à Fréjus. Du coup, Valentin Beulama et Steeven Chapeland vont changer de statut. Une sacrée mutation à assumer…

Trophée des Villes du 18 au 21 novembre à Grande-Synthe Palais du Littoral & Boulodrome
L'équation compliquée de Clermont-Ferrand
Comment passer d’équipiers modèles à leaders ? C’est ce calcul complexe qui attendra Beulama et Chapeland au coin du boulodrome de Grande-Synthe. Un challenge que les jeunes talents relèveront avec Begon et Courtine. Un quatuor bâti pour avancer.
Les Toulousains Paul et Bryan Faurel voudront rééditer leur finale de 2019, surtout avec le coaching affûté de l’expérimenté Philippe Rouquié.
Bonetto, Riviera et Fernandez sont devenus Niçois de licence mais n’ont pas oublié leur victoire de 2018 sous les couleurs marseillaises. Récents vainqueurs des Masters de Pétanque, ils ont le vent en poupe !

Cahors, le souvenir de 2016

Le Trophée des Villes réserve des parcours incroyables, comme celui des lotois Da Cunha, Boris et Cortes, indéboulonnables en 2016. Les premiers nommés représenteront toujours Cahors, tandis que Cortes sera sous bannière perpignanaise, bien accompagné par Bauer, Bacchin et le jeune Venzal.
Emmenées par l’inoxydable Arnaud Boutelier et Logan Baton, les deux formations de Grande-Synthe auront à domicile un enjeu spécial. Que ressentiront aussi les voisins de Calais, avec à leur tête Stéphane Decroix ?

Fréjus, casting différent

Vainqueur du Trophée des Villes en 2014 et 2017, le Var alignera sous les couleurs de Fréjus, en l’absence de Lacroix et Rocher partis aux championnats du monde, une autre force de frappe, avec Puccinelli, le tenant du titre.
Le Mans, avec Bruno Rocher, Ballière et Vaillant, aura une belle histoire à écrire ; tout comme Lyon avec Tyson Molinas ; ou encore Marseille, mené par Hovaguimian et Castano. Metz (finaliste en 2018), Argelès-Gazost (demi-finales 2019, quarts 2018) voudront aussi revoir l’emballage final, de même que Palavas-les-Flots (quarts 2019).
Ax-les-Thermes, avec ses champions de France triplettes 2021 et Pornic, avec ses vice-champions de France, pourraient également refaire le match à l’occasion de cette 20ème édition du Trophée des Villes, un championnat hivernal au plateau inégalable.
 


Quels favoris pour le Trophée des Villes ?

 
La 20e édition du Trophée des Villes de pétanque aura lieu du 18 au 21 novembre du côté de Grande-Synthe (Nord).
Qui pour succéder à Clermont-Ferrand ? C’est la grande question à l’approche de la 20e édition du Trophée des Villes de pétanque. Une cuvée 2021 très attendue par les joueurs, qui n’avaient pu disputer l’événement en 2020 en raison de la pandémie de Covid-19. Cette fois, les 32 équipes seront là et bien là au cœur de Grande-Synthe, cadre privilégié de cette 20e édition.

Clermont-Ferrand, tenant du titre

A l’heure de désigner les favoris, il convient bien évidemment d’évoquer le tenant du titre : Clermont-Ferrand. Cette formation l’avait emporté en 2019, dominant Toulouse en finale. Philippe Suchaud et Jean-Michel Puccinelli avaient apporté toute leur expérience et leur talent pour permettre à cette ville de décrocher le titre.
 
Mais en 2021, les grands favoris viennent principalement du sud. A l’image de Nice, qui va pouvoir compter sur le renfort de Mickaël Bonetto, vainqueur des derniers Masters de Pétanque mais aussi du Trophée des Villes : c’était en 2018, sous la bannière de Marseille.
Fréjus et Lyon font également partie des candidats. Même si, pour la cité varoise, l’édition 2021 s’annonce complexe. En effet, le Trophée des Villes entre en « collision » avec les prochains championnats du monde triplette, qui auront lieu en Espagne du 18 au 21 novembre. Sélectionnés avec l’équipe de France, Dylan Rocher, Philippe Quintais, Philippe Suchaud et Henri Lacroix ne seront donc pas de la partie à Grande-Synthe, au grand dam du club de Fréjus.

Lyon et Metz à l’affût

L’absence de ces grands champions pourrait ainsi réserver une édition 2021 pleine de surprises. Lyon, finaliste en 2013 et 2016, veut croire que cette année est la bonne. Même chose pour Metz, qui tourne autour depuis plusieurs éditions et qui devrait à nouveau aligner une équipe compétitive. Sans oublier les deux équipes locales qui représenteront Grande-Synthe. Elles auront à cœur de réaliser un exploit jamais accompli dans l’histoire du Trophée des Villes : triompher à domicile.
 
Trophée des Villes à pétanque : Trophée des Villes 2021 à Grande-Synthe
Ce 20ème Trophée des Villes s'annonce plein de symboles. Retrouvailles entre champions, retour à une vie (presque) normale, tapis rouge déroulé à la pétanque de haute voltige... Avec de nombreux prétendants prêts à prendre la place de Clermont-Ferrand.

Découvrez le casting
Une défense de titre n'est jamais anodine. Voici donc le challenge auquel va s'atteler Clermont-Ferrand, consacré lors du dernier Trophée des Villes en… 2019, contre Toulouse. La formation de la Ville Rose signerait quant à elle, sûrement, pour une nouvelle finale.Tandis que le Marseillais Bonetto, sacré en 2018 et désormais Niçois, se verrait bien revenir en tête d'affiche. Pourquoi pas d'ailleurs contre Metz, qu'il avait supplanté lors de l'emballage final.
Finaliste en 2004 avec Toulon, le Var entretient avec le Trophée des Villes une relation particulière. C'est Draguignan qui a ensuite repris le flambeau avec deux succès en 2014 et 2017. Et c'est aujourd'hui l'armada fréjussienne qui relève le défi. Lyon connait aussi une idylle fusionnelle avec le fameux championnat hivernal, même si la victoire fuit, pour l'heure, la Capitale des Gaules, finaliste en 2013 et 2016.
Gagner à domicile, le fantasme jamais réalisé
Dans la riche histoire du Trophée des Villes, il reste bien un chapitre à écrire. Celui d'une victoire à domicile qui ne s'est jamais concrétisée. Montluçon, finaliste sur ses terres en 2002, avait effleuré le rêve du bout des doigts. Voici donc l'immense défi auquel vont s'attaquer les deux équipes nordistes, engagées sous la bannière de Grande-Synthe. Une quête inassouvie que viseront aussi les voisins du Pas-de-Calais, sous les couleurs de Calais précisément…
2019
Vainqueurs
2018
Marseille s'offre une grand-messe
2017
Draguignan obligé d'aller au bout du bout !